Sécheresse

Les arrêtés de sécheresse sont publiés et affichés dès leur parution sur la page de la Préfecture http://www.isere.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement/Eau/Secheresse2/Secheresse  –  section « Situation actuelle ».

Télécharger l’arrêté préfectoral n°38-2019-04-23-003 du 23 avril 2019 (PDF – 767 Kb) plaçant le département de l’Isère en situation de Vigilance et d’Alerte Sécheresse jusqu’au 30 septembre 2019.

Mesures de restriction :

Le prélèvement et l’utilisation de l’eau sont limités ou interdits conformément aux dispositions définies sur les tableaux de l’annexe 1 de l’arrêté cadre 38-2018-05-30-006 du 30 mai 2018, repris en annexe.

En vigilance, aucune mesure de restriction est imposée. Les usagers sont toutefois invités à l’économie afin de retarder au maximum les mesures de restriction.

En Alerte, des mesures de restrictions sont imposées :

→ Pour tous :

– Interdiction du lavage des voitures hors stations professionnelles ;

– Interdiction du remplissage des piscines de plus de 5m³ à usage privé ;

– Interdiction d’arrosage des pelouses, des espaces verts publics et privés, des jardins d’agrément, des golfs, et des stades et espaces sportifs, de 9H00 à 20H00 ;

– Réduction de moitié du débit dérivé alimentant les plans d’eau et des étangs par rapport au débit dérivé autorisé ;

– Interdiction de manœuvrer des ouvrages hydrauliques ;

– Interdiction d’effectuer des travaux dans le lit du cours d’eau destinés à accroître ou maintenir le prélèvement.

→ Pour les communes :

– Interdiction de laver les voiries ;

– Interdiction de faire fonctionner les fontaines publiques en circuit ouvert sur l’eau potable.

→ Pour l’agriculture :

– Baisse de 15 % des prélèvements agricoles autorisés pour l’irrigation, pour les autres prélèvements (hors irrigation ou assimilés domestiques) interdiction de prélever de 9h à 20h.

→ Pour l’industrie :

– Respect du niveau 1 du plan d’économie d’eau des industriels (installations classées pour la protection de l’environnement).

→ Pour les gestionnaires de réseau d’eau potable :

– Renforcement du suivi des niveaux des captages et des forages d’eau potable, transmission des données à l’administration.

Au delà de ces quelques rappels, lisez avec attention les mesures de gestion adaptées à la situation de la ressource en eau annexées à l’arrêté préfectoral.

 

L’imagination peut valoir son pesant de fleurs Nombreux sont les Crémolans et visiteurs, surpris de voir vides, les bacs à fleurs disséminés dans la cité (quand ils n’étaient pas utilisés comme poubelles) alors que les parterres, fleuris avec goût, égayaient la vue de la fraicheur de leurs couleurs.

L’explication est simple : un manque de pluie, provoquant un arrêté préfectoral, lancé au cours du printemps, particulièrement sec après un hiver qui n’avait pas vu le renouvellement des nappes phréatiques.

Autant de nombreux particuliers pouvaient prétendre, souvent de bonne foi, ignorer le décret et continuer à laver leur voiture, arroser leur jardin d’agrément après 6h du matin et avant 20h du soir, renouveler l’eau de leur piscine, autant la municipalité ne pouvait y déroger.

Les parterres équipés d’un arrosage automatique bénéficiaient, à la différence des bacs, d’un arrosage nocturne. Garnir les bacs c’était s’exposer à un flétrissement rapide.

Un grand bravo donc, à ceux qui, comme Cathy et Guy Bukovski du restaurant « Notre maison », inventeurs de l’idée, ont pris en charge quelques bacs, fleuris par la mairie sous condition de les arroser avec leurs eaux usagées mais non agressives. A inscrire sur les tablettes pour les années à venir qui, comme l’envisagent certains, pourraient nous ménager des périodes de sécheresse. Un certain nombre de ces bacs à fleurs a été retiré définitivement.

Page mise à jour le: 3 mai 2019