Compte rendu de conseil municipal

Publié le: 21 juillet 2020

Le Conseil Municipal s’est réuni hier soir en mairie de Crémieu.
À l’ordre du jour, la mise à jour partielle de la numérotation et de la dénomination de certaines rues, l’ouverture d’un poste de bibliothécaire, l’approbation du règlement du forum des associations ou encore de la convention d’utilisation des salles communales.
L’occasion pour le Maire, Alain Moyne-Bressand d’exposer également à l’ensemble des élus l’habituelle majoration de 15% des indemnités du Maire et des Adjoints.

Ce dernier a rappelé que l’indemnité n’est pas un salaire mais qu’elle vient compenser les dépenses et frais liés à l’exercice des fonctions comme le prévoit la loi.
La loi précise en effet que chaque Adjoint bénéficie d’un crédit de 70 heures par trimestre lui permettant d’accomplir ses fonctions. Ces heures, déduites du temps de travail hebdomadaire n’ont pas pour obligation d’être rémunérées par l’employeur, aussi les indemnités viennent-elles compenser ce manque.

Ces 15% trouvent leur origine dans le statut d’ancien chef lieu de Canton qu’était Crémieu.
Le ville n’est aujourd’hui plus chef lieu mais garde pour autant la même attractivité, le même dynamisme et la vie de la commune ainsi que les missions inhérentes à l’exécutif restent inchangées.

« Le travail mené par l’exécutif municipal crémolan est conséquent, la charge demandée à Crémieu est particulièrement lourde et oblige chacun à travailler pour la ville le jour, le soir et le week-end. Les adjoints ne bénéficient pas de remboursement des frais, n’ont pas de téléphones de fonction comme dans certaines communes, aussi, leur travail mérite bien une si modeste rétribution » A expliqué le Maire de la ville avant de remercier également le personnel communal ainsi que les élus qui ont beaucoup oeuvré sur le terrain pendant la période de confinement.

La solidarité reste plus que jamais la priorité de la municipalité en cette période difficile.
Fort est de constater que ce budget n’influe en rien sur les nombreuses actions menées par la municipalité en faveur du commerce local ou encore des plus fragiles de la commune.
En effet, l’exonération des frais de terrasses votée par les élus a couté près de 11 000 euros à la commune sans compter les animations estivales de centre-ville mises en place par la Mairie.

Le CCAS a quant à lui vu son budget drastiquement augmenté, passant de 17 000 euros l’année dernière à 28 000 euro cette année, soit 11 000 euros supplémentaires alloués en faveur des plus démunis. Autant d’actions qui attestent de la volonté marquée des élus d’oeuvrer pour le bien-être des habitants. Solidarité que l’on retrouve également dans le vote à l’unanimité de la non augmentation des frais de cantine ou de garderie municipales.

Le Conseil a enfin approuvé la demande de subventions auprès de la DRAC, de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et du Département afin de financer en partie la maîtrise d’oeuvre de la Porte de la Loi et l’intervention nécessaire sur la réfection de la charpente de la Halle.

Une réunion dense donc, qui atteste des nombreux projets inhérents à l’administration et au patrimoine de la commune.