Compostage et déchets verts

Que faîtes vous de tous vos déchets organiques (déchets verts, déchets de cuisine) ?
Savez vous qu’il est possible de les transformer très facilement en compost, terreau naturel et gratuit pour votre jardin ?

Le compost consiste à transformer des déchets biodégradables en une matière organique destinée à enrichir le sol.

Alors ne les mettez plus dans la poubelle, ces déchets seraient alors incinérés au lieu de pouvoir être valorisés !

Les communes qui compostent gagnent 10% sur le tonnage.

Le SMND a réalisé des fiches pratiques pour vous aider à réaliser votre compost

Télécharger : Que mettre dans mon composteur (PDF – 29 Ko)

Télécharger trucs et astuces (PDF – 29 Ko)

Le SMND propose l’achat de composteur au prix de 20 €, pour les renseignements cliquez ici

Télécharger nos conseils-compostage (PDF – 18 Ko)

Evolution du compostage à l’air libre :

2 tas en cours de compostage. Le second moins avancé.

Au premier plan un paquet de branchage prêt pour être utilisé pour l’aération.

Zone : ombragée mais sans empêcher l’arrosage par la pluie. Sinon il faudra arroser régulièrement.
Forme : pour la bonne pénétration de l’eau, le sommet du tas doit être plat, voire même en creux mais surtout pas en cône.
La base du tas ne doit pas être dans un trou où l’eau pourrait stagner. En l’absence d’aération il y aura pourrissement et dégagement d’hydrogène sulfuré (H2S- odeur d’œuf pourri) sous l’effet des bactéries sulfato-réductrices.
Formation : en couches alternées de 10 à 15 cm d’épaisseur, de l’herbe puis des éléments d’aération : branchages, feuilles, coquilles… Dans le cas d’herbe coupée très fine (mulchée) l’épaisseur doit être réduite.
Prévoir le basculement régulier du tas en prévoyant à côté un espace libre. Le dessus et les bords sont fréquemment secs sous l’effet du soleil et de la chaleur interne, ils doivent être disposés au centre lors du basculement.
On peut accélérer la décomposition lors des basculements en intercalant des éléments plus avancés en dégradation. Les déchets ménagers (épluchures, fruits…) favorisent aussi le murissement du compost. Les épluchures d’orange et autres agrumes sont fréquemment décommandées à cause des traitements chimiques. ?.
Normalement un compost correctement réalisé n’a pas d’odeur désagréable, on peut même, en y disposant par exemple, des déchets de lavande, obtenir des composts odoriférants.

Compost mûr prêt pour être filtré.

Compost filtré prêt à l’emploi.

Il est souvent recommandé de le couvrir s’il doit rester quelques semaines avant emploi car une végétation parasite importante risque de s’y développer.

Grille de filtration pour extraire les déchets solides (pierres, os…) et les branchages d’aération qui n’auraient pas été totalement décomposés mais seront avantageusement réutilisés.

Grâce au compostage, le poids des déchets ménagers diminue énormément.

Télécharger le récapitulatif annuel (PDF – 35 Ko)

 

Comment composter ses déchets en appartement ? Une solution : le Lombricomposteur

Composter ses déchets verts ? oui bien sûr !! mais comment faire en appartement ou dans une maison sans jardin au coeur de la cité ? Notre «rencontre » avec le lombricompostage nous a apporté une réponse.

Le principe :

reproduire dans un bac fermé l’activité de compostage exercée par les vers rouges du compost en extérieur.

Les modalités :

plusieurs bacs plastiques superposés au fond grillagés dans lesquels les vers du compost vont pouvoir se déplacer pour aller « digérer » les déchets verts de la maison et les transformer en compost solide (le terreau) et liquide (le thé de compost). Les déchets sont déposés au fur et à mesure de leur production sur le dessus du bac pour être consommés par les vers.

Dans la réalité :

après plus de 2 ans d’utilisation à la maison : oui ça marche !

oui les odeurs sont assez contrôlées et les déchets diminuent semaine après semaine au profit de la production de compost.

Non les vers ne sortent pas se promener dans le salon la nuit quand tout le monde dort …

Non ce n’est pas non plus miraculeux : il faut bien doser les apports de matières vertes azotées et compenser par des matières plus sèches carbonées comme du papier journal ou des boites d’oeufs, s’assurer d’apporter régulièrement à « manger » aux vers, bien couvrir le dessus du dernier bac pour éviter le développement de mouches, s’assurer d’une température modérée (entre 15 et 25 °C) dans la pièce choisie….

En bref

il faut seulement s’en occuper et y passer un petit peu de temps quand même

Page mise à jour le: 9 octobre 2018